Les 1er et 2 Novembre 2017 ont été marqués par la tenue à Bucarest (Roumanie) de la Conférence des Femmes de la Francophonie.  Evénement d’envergure qui a rassemblé près de 700 personnes : entrepreneurs (es), représentants (es) de la société civile et des Etats et gouvernements membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Je ne pensais pas un jour pouvoir me documenter ou m’informer à propos de ce genre de sujet. Car avant encore il y a quelques trois ou quatre (3 ou 4) années, je balayais ce type de sujet de la main sans plus d’intérêt que ça.

Cependant, les choses ayant changé entre temps, je me suis rendue compte que devenir une meilleure version de moi même a faire grandir ma curiosité envers les problèmes, aspirations et difficultés auxquelles font face les femmes dans nos sociétés. J’ai pu par la même occasion réaliser la puissance du renouvellement de mentalité par lequel chacune de nous doit passer en cas de difficulté.

Etant donné qu’en renouvelant notre manière de voir les choses, on s’ouvre à d’autres horizons : on se rapproche de personnes qui ont vécu les mêmes difficultés que nous, on va sur internet chercher la solution à des problèmes auprès d’autres personnes qui sont passées par les mêmes épreuves que nous, etc..

Mais bon revenons au sujet initial. La conférence !

Le thème de cette dernière fut : Femme et entrepreneuriat social. Conférence présidée par Michaelle Jean, la secrétaire générale de la francophonie, canadienne d’origine haïtienne.

                        Conférence des femmes de la francophonie – Crédit Photo : Page Facebook OIF.

 

Beaucoup de femmes venant du Canada/Québec (tout près de chez moi en plus ^^) se sont mobilisé en délégation pour cet événement. Ceci afin de sensibiliser le maximum de la femme de la francophonie sur l’importance de prendre le pouvoir.

 

Retrouvez le récap de l’événement sur le HASHTAG #EllesSimposent sur Twitter

 

A défaut de pouvoir y aller moi même, j’ai pu suivre le hashtag #EllesSimposent sur twitter où une bonne partie des panélistes a pu nous poster quelques informations clés qui ont été partagées ces jours là.

Sur la base du le hashtag, j’ai essayé de synthétiser quelques points forts :

  1. Selon Rebecca Enonchong, CEO du hub technologique Appstech, les femmes doivent se prendre en charge; les femmes doivent se mettre en réseau.
  2. Les femmes doivent s’imposer dans le monde sur les thèmes : ”Création, innovation, entrepreneuriat, croissance et développement”
  3. Selon Graine d’entrepreneurs,  ”#EllesSimposent c’est aussi comment mieux préparer les jeunes femmes de demain, et les aider à prendre confiance en elles.
  4. Le numérique plus entrepreneuriat représentent des leviers d’inclusion économique pour les femmes.

 

(Pour les plus curieuses, vous pouvez aller voir de vous même le contenu détaillé, celà vous édifiera).

J’ai pu retenir de tout ça qu’il important, pour nous femmes de marquer notre empreinte dès aujourd’hui. Ceci au travers des actions, actions d’ordre social précisément, afin d’aider notre prochain à évoluer et se développer.

J’ai aussi retenu que ce sommet s est crée sur l’importance du partage, du travail et de l’impact de chacune de nous dans notre environnement. Lire dans le regard de toutes ces femmes tout cet amour m’a sincèrement ému.

Pour voir autant de femmes sortir autant d’idées enrichissantes il faut de l amour. Amour de soi d’abord (ensuite celui envers les autres),  afin de pouvoir partager sa passion, sa détermination et sa motivation pour la réalisation d’une vision et d’un intérêt communs.

Je fais partie de ces personnes qui pensent que les personnes engagées et motivées par l’amour ont un impact encore plus fort. Ne me demandez pas pourquoi, c’est une intuition de plus en plus grandissante dans mon coeur.

J’ai retenu aussi de ceci que : aucune femme ne doit accepter que quiconque ou quelque chose l’empêche de réaliser ce pour quoi elle est amenée à exister. Et organiser ce genre de rencontre est une initiative pour pouvoir permettre de sensibiliser encore plus. J’ai beaucoup aimé l’idée.

Conférence des femmes de la francophonie – Crédit Photo : Page Facebook OIF.

 

Un petit point d’amélioration que j’aimerais mentionner pour compléter de ce type d’événement, ce serait par exemple de programmer des ateliers et causeries éducatives où on invite des groupes de jeunes filles qu’on pourrait édifier/enseigner.

De cette manière, les différents intervenantes pourraient être comme des mentors pour des jeunes femmes en quête de savoir et d’excellence.

Voilà ainsi résumés les enseignements que j’ai pu apprendre de cet événement. Mon petit mot de la fin serait : ‘‘Nous femmes,  avons nativement un pouvoir inestimable que nous ne devons pas gâcher. Nous devons apporter de la valeur en créant des richesses chacune dans nos domaines de prédilection. Il est temps de nous imposer. Cette année, prenons les actions qui s’imposent”.

Et toi? Est ce que toutes ces notes ont pu t’aider à apprendre quelque chose?

Cet article t’a plu? N’hésite pas à le partager autour de toi afin d’aider une femme à libérer son potentiel.

Bonne et heureuse année à toi qui me lis.

Des bisous.

Elvire.